jeudi 13 mai 2010

Comment j'ai lu "No Impact Man" d'une traite

Sorti le mois dernier en France, le livre de Colin Beavan : 'No Impact Man' a eu l'effet d'une petite tornade dans un verre d'eau filtrée. 75 000 ex vendus aux US, le livre a déjà été traduit dans 10 langues, et tout cela s'ajoute aux 2 millions de visiteurs de son blog. Oui, Colin est un "collègue" de blog! 
Le gaillard raconte comment une famille new-yorkaise, couple de journaleux et leur baby daughter d'un an, se sont convertis à l'écologie canal historique sur une année folle en découvertes d'une complète autre manière de vivre.

Ca commence par des trucs softs, que les lecteurs de ce blog trouveraient assez banals du type faire la cuisine pour ne plus se faire livrer des plats dans des emballages en plastique, filtrer son eau plutot que d'acheter des bouteilles en plastique - passages où l'on mesure la démesure dans le mode de conso US qui clairement va un cran plus loin que nous. Au pays de l'oncle Sam, même une simple pomme est emballée dans du plastique..

Et assez rapidement on rentre dans la technique environnementale et les pièges et paradoxes de l'écologie:
- Vaut-il mieux prendre un sac en plastique ou en papier craft? Wrong answer, les 2 se valent, il vaut mieux ramener son petit sac à soi.
- Quand on est la Reine d'Angleterre (ou qu'on habite au UK), est-il mieux de consommer des tomates venues d'Espagne ou des tomates cultivées sous serre? Celles venues d'Espagne mon capitaine, la culture en serre étant vraiment dévoreuse d'énergie..

Le secret du livre réside dans la joie toute communicative avec laquelle notre narrateur fait ses découvertes, la joie des soirées sans télé où l'on joue aux charrades, et l'humour un peu Bridget Jones de ses loses et frustrations : utiliser des couches lavables ou n'utiliser que l'énergie solaire pour faire tourner son ordi, ça peut parfois être coton!
Page après page, j'ai appris tout un tas de trucs géniaux comme le second sommeil, j'ai découvert qu'il existait des tribus vraiment hardcore basées à San Francisco qui dans un mouvement detox absolu, avaient pondu des commandements comme par exemple ne plus consommer de films ou oeuvre de divertissement qui ne soit pas des arts de rue, (pas de pellicule, pas d'équippement, pas de salle de ciné donc..)toujours dans le trip zero impact...
Et j'en passe des vertes - bien sûr - et des pas mures. Passionnant, je vous dis!

No Impact Man, Colin Beavan, 18,50€, Editions Le Fleuve Noir, imprimé sur du papier recyclé, et probablement bientôt lisible sur iPad.

Un documentaire réalisé par Laura GABBERT et Justin SCHEIN, d’après le récit de COLIN BEAVAN. Sélectionné au Sundance Film Festival 2009, au Silverdocs Film Festival 2009 et au Los Angeles Film Festival 2009.

1 commentaire:

Cristelle a dit…

hello!

Je le lis en ce moment c'est vrai qu'il est très sympa ce bouquin... J'ai crois bien t'avoir reconnue sur la dernière photo! Alors j'espère que tu vas bien, bizzz
Cristelle (Espéret)

Partage avec tes meilleurs amis pour la vie