dimanche 5 décembre 2010

Dimanche on cuisine comme des gros manches #hautevitalite

Ce n'est un secret pour personne : ce blog n'est pas qu'un blog cuisine, je suis trop nouille (ou soba) en cuisine pour donner des conseils a qui que ce soit!

Mais apres ce warning disclaimer, j'avoue que malgré mon peu de skills j'adore apprendre, tester ...et partager ma tambouille sur comment-je-suis-devenue...

Aujourd'hui au menu :
- pâte de tofu betterave raz-el-hanout huile de noix
- céleri rave a l'orange, une tuerie
(deux recettes de Valérie Cupillard Légumes Bio mode d'emploi)
- quinoriz
- tsukemono de laitue
- mini tas de graines germées
- Tarte tatin en dessert

Dans sa version fifille:



Dans sa version mâaaale (avec des frittes!! ) Et si l'homme râle trop je lui ferai un steak...hinhinhin




vendredi 3 décembre 2010

J'ai passe mon brevet de Crusine haute vitalité tout cru chez Pousse Pousse #alimentationvivante


C'était savoureux, c'était germe, c'etait dope aux enzymes, c'était en bonus tellement digeste - me sentir lourde moi? Après avoir englouti pestos, caviars, spaghettis de courgettes, crackers, glace a la banane noisettes...fiou vous en reprendrez une louchée? Mais oh que oui, La_nana_bio = légère comme une plume de Phoenix (Harry Potter style).

Chez Pousse Pousse même quand on prend un cours de cuisine on ne peut pas s'empêcher de parler de miam miam, quelques chefs a lire et adresses a découvrir:

-Jean Montagard : Pour une cuisine végétarienne et bio
- Pol Grégoire : le pape de l'alimentation vivante
- Hyppocrates Health Institute:a Miami city, la Mecque des raw foodistes ou l'on peut faire une retraite haute vitalité tout cru.

Have a nice web crawling mes amis wanabes raw foodistes!
Et surtout, n'hésitez pas à rencontrer Mat Monarch, un des ambassadeurs du mouvement assez drôle et dont une des vidéos m'avait convaincue d'acheter un blender Blendtech plutôt qu'un Vitamix ;-) 

Pousse Pousse, 7 Rue Notre Dame de Lorette, 75009 Paris
Restauration, Petite épiceries de graines germées, appareillage spécifique (deshydrateurs, blender, etc.), dépôt Le Campanier, et les fameux cours de cuisine haute vitalité!

mercredi 1 décembre 2010

Miaaaaam!! La tarte a la poire macrobio




Aaabracadabraaaaa!
La tarte ...sans produits laitiers..!
Et... Sans sucre..!!
...mais absolument délicieuse !!
(par contre la photo iPhone est un peu dégueulasse oui j'en conviens ;-)

Ce soir j'ai fait du yoga kundalini, j'ai tenu des postures mortelles en chantant des mantras



Quand je suis tombée dans la potion magique du yoga - quand j'étais petite = il y a 2 ans- je connaissais 3 grandes familles de yoga sur les 22 écoles connues:
- le Hata Yoga, parce que c'était le basique,
- le Ashtanga, parce que c'était le yoga des filles cools qui voulaient faire un peu de gym entre deux respirations
- et le Bikram parce que comme c'est un yoga pratique dans un sauna, il etait repute pour faire maigrir

Mais c'etait sans compter la prestigieuse mais un peu occulte école de yoga kundalini
Pratique popularisée dans les 70's aux Etats Unis, c'est un yoga combinant plusieurs types de yogas, donc avec des petites bases on se sent complètement a la maison!
Mais surtout c'est un yoga plus incisif, intense dans ses postures, rapide dans son rythme. Il a d'ailleurs été conçu pour des personnes qui ne pouvaient pas pratiquer 1h par jour comme Madonna, ou Gwyneth Paltrow, soit finalement ...toi plus moi, plus lui, plus elle, plus eux!

La chose la plus originale est que ce yoga est tellement complet qu'on chante meme des mantras pendant que l'on tient sa posture de l'arche (comme sur la photo). L'idee est d'ajouter une vibration a l'energie donnee dans la posture.
C'est pour moi une diversion tres cool, parce que j'aime bien chanter, et aussi parce que ca m'aide a tenir ma posture du chameau en me faisant un peu oublier mes abdos qui chauffent, mon bras qui mollit mais ne faiblit pas, et toutes les autres saines tortures qu'on aime s'infliger au yoga.

A decouvrir absolument si le cote New Age ne rebute pas par exemple au centre Qee pour les Parisiens.



dimanche 14 novembre 2010

Comment j'ai pris des cours de MacroBio au CIMO

Derrière cet acronyme qui résonne comme un centre méga-secret de la guerre froide, se cache le QG des macrobio people à Paris où trouver documentation, magasin de produits macrobiotiques, cours de cuisine et philosophie macrobiotique tique tique, l'endroit est juste fantastique!

Beaucoup moins cher qu'un cours de healthy food - comment j'ai dû hypothéquer ma grand mère pour m'inscrire au cours de crusine de Pousse Pousse - l'après-midi comprenant 1h de philosophie et la cuisine d'un repas macrobiotique complet jusqu'à 18h30 vous en coûtera 25 euros.

Mirez la beauté de ce repas: si comme moi vous êtes dingues de food made in japan en plus, vous entrerez en macrobiotique comme un rien et ferez jongler azukis, seitan et tofu comme autant de basiques delicieux.

Au menu de mon premier cours en photo ici:
Riz complet en onigiri

Boulgour
Tofou mariné sur lit de poireau
Beignet de légumes (carotte, oignon...)
Radis râpé
Salade de chou fleur

CIMO, 8 rue Rochebrune 75011 Paris
http://www.cimo.free.fr/index.html

Erratum! En fait...C'est... comment je suis devenue (macro)bio!!

Tout a commencé avec ce bouquin, vraiment très cool de Jessica Porter, une hip chick ricaine diplômée du Kushi Institute - un des centres contemporains de la macrobio.

Jessica n'a pas eu la chance d'avoir une couverture de bouquin super jolie, comme c'est souvent le cas avec les livres anglo-saxons mais elle se rattrape largement en s'offrant le luxe d'être endorsée par 1) Michio Kushi himself (c'est le boss de la macrobio), 2) Lee Gross, le chef macrobio de Gwyneth Paltrow, 3) Mayumi Nishimura, le chef macrobio de Madonna qui ne tarissent pas d'éloge sur sa vie sur son oeuvre.

Quand je vous dis que cette petite a du pedigree, je ne vous dis pas le meilleur, ce livre est aussi instructif que super drôle à la manière d'un Sex and the City relu et corrigé par une macrobio-babe.
Ce me déprime presque que de me dire que ce type d'écriture n'existerait pas en France où l'auteur le plus drôle dans la catégorie bio-healthy-green-ecolo-durable est David Servan Shreiber - que j'adore gouroutise par ailleurs, hein? Même si je ne me suis pas tordue le ventre de rigolade en bidonnade en lisant son Anti-cancer, ni son Guérir - encore une fois que j'adore vénère cite à l'envi à mes amis non biomans.

Bref, si vous souhaitez comprendre comment vous mettre au diapason de l'univers, qui est fait de forces yin et de forces yang, en ajustant votre alimentation de sorte à équilibrer les produits yin et les produits yang ce livre est pour vous...
C'est en fait aussi simple qu'une bouchée pour papa yang et une bouchée pour maman yin, le tout est d'éviter les extrêmes - viandes et produits laitiers d'un côté (yang), drogues et alcool de l'autre (yin)) - qui abiment les organes et brouillent votre receptivité aux forces de l'infini univers.
Si c'est pas un programme, ça?

The Hip Chick's guide to macrobiotics, Jessica Porter, en Anglais uniquement (malheureusement)

dimanche 17 octobre 2010

Conférence 'Bioneers' ou comment les champignons (et les autres) vont sauver la planète

Le #bioneers fleurit depuis quelques jours sur Twitter, normal, car la conférence Bioneers "la revolution au coeur de la nature", a lieu en ce moment et jusqu'à ce soir à San Rafael en Californie.

Depuis les années 90's le mouvement qui a notamment été mis en lumière par le film de Leonardo Di Caprio La 11eme Heure, organise une conférence annuelle rassemblant des milliers de participants autour de questions / solutions pragmatiques pour vivre d'une manière différente et plus respectueuse de la planète.

L'occasion d'aborder des sujets vraiment cool comme : comment est-ce que les champignons peuvent sauver le monde ou encore comment est-ce que Google Earth participe à la protection de la forêt amazonienne. Vraiment inspirant!




Voici un petit film de la présentation de Paul Stamet, à la Conférence Ted en 2008, sur les champignons sauveteurs de la terre, capables de nettoyer les sols pollués, servir d'insecticides,  soigner de graves maladies (dont la variole), capables de restaurer des écosystèmes et de revitaliser les terres.

vendredi 15 octobre 2010

Il fut un temps où les yaourts Activia s'appelaient des BIO, ne l'étaient pas, mais tout le monde trouvait ça normal

Remember?
Qui plus est, cela a duré suprêmement longtemps, de 1987 à 2005... jusqu'à ce que
Danone se dise OK, finie la récréation, il faut que je me conforme à la directive européenne - datant des 90's tout de même - qui n'autorise pas l'utilisation de termes évoquant l'agriculture biologique pour des denrées périssables qui ne seraient pas issues de la filière Bio (logique relativement implacable).

L'occasion de rappeler que ce qui fait un lait Bio, ce sont des Bio-vaches qui...


...vont gambader dans les pâturages et une fois dans l'étable vivent dans un confort réglementé (espace, aération, lumière..)

...mangent bio (oui comme la_nana_bio!) notamment de la bonne herbe grasse et 50% de l'alimentation des bio-vaches doit provenir de l'exploitation (rhooo pas comme la_nana_bio à part pour quelques graines germées)

...ne prennent pas d'antibiotiques - qui se retrouveraient malheureusement dans le lait ensuite-, mais des médecines douces!

Et finish, pourquoi ils se lèvent tous pour le Bio-lait! Bio-lait! Bio-lait!?
Parce qu'il contient plus d'omégas 3 (grâce aux herbes grasses), de vitamine A, d'antioxydants et de vitamines E que le lait conventionnel mais surtout parce qu'il contient largement moins de cochonneries.

Tout cela étant posé, la première chose que m'a conseillée un naturopathe quand je lui ai décrit mon régime alimentaire : arrêter le lait, tout Bio soit-il... 
C'est une recommandation qui se retrouve à mi-chemin entre la science - manifestement, le lait serait plus oxydant qu'il n'y paraîtrait, la faute à son contenu grassouillet - et la "philosophie" - en effet, il faut se rendre compte qu'aucun être vivant ne va boire le lait de quelqu'un d'autre que sa mère, c'est contre-nature. Il n'y a que l'homme qui s'est arrogé le droit d'aller prélever chez nos copines les vaches.
Mauvaise idée naturopathiquement parlant.

Voici donc la Bio-reco : 
Le mieux si on veut rester dans le lait animal: boire du lait de chèvre ou de brebis Bio, cela vaut aussi pour les yaourts et fromages,
Le moins pire : boire du lait Bio, ce n'est pas idéal, mais cela évite le shot d'antibiotique, le déséquilibre Oméga 3/Oméga 6 et c'est déjà pas si mal..
Mais encore plus fort que le roquefort, comme suggéré par Yonnel : passer aux laits végétaux, les laits de soja, amande, noisette (le préféré des kids!), laits de riz, trouveront tout naturellement leur place dans vos étagères et vos habitudes alimentaires. Un petite méfiance vis-à-vis du lait de soja néanmoins, qu'on accuse de digestion moyenne pour les estomacs occidentaux.

dimanche 10 octobre 2010

Les 5 commandements Fashion costauds pour empreinte carbone rikiki

(A la demande de Sarenza)
Acheter des matériaux bio tu devras : Qu’il est loin le temps où la garde-robe écolo se limitait à une tunique en chanvre toute chelou et un pantalon de yoga assez informe. Les matières bio ont depuis largement conquis les créateurs (Stella Mc Cartney, Versace… mais aussi Auchan !) qui nous ont gratifiés de jolies créations toutes éco-friendly.


Dites oui à tout ce qui est coton bio, bambou, chanvre, …acheter bio, c’est encourager la culture de champs sans pesticides, le respect des cycles de cultures/jachères et in fine une terre et une eau dans nos nappes phréatiques en bien meilleure santé, armées pour durer longtemps… très longtemps…

Pour du vintage tu craqueras : Le geste ultime de la réduction de son empreinte carbone. C’est aussi simple que ça, quand on achète vintage, le vêtement se voit crédité d’une deuxième vie sans passer par la case émissions carbone : c’est logique, on fait l’économie de tous les matériaux, de l’énergie, des ressources qui auraient servi à fabriquer cette merveilleuse petite robe noire – chinée chez Didier Ludot, s’il vous plaît.

Les sacs de shoppings tu refuseras : Nous vivons dans une société de l’emballage, où le moindre achat se doit d’être emballé avec grand soin et surtout grand sac ! Mais comme vous le savez, chaque sac, comme chaque feuille de soie est un bout d’arbre qui meurt. Sauvons les arbres par une reflexe simplissime : il suffit d’avoir avec soi un sac suffisamment grand pour accueillir ses trouvailles shoppings et nous de remercier poliment notre vendeur : merci mon ami mais j’ai mon cabas « Ceci est un it-bag ».

Customiser tes vêtements tu pourras : Un peu comme lorsqu’on achète du vintage, le fait de customiser ses vêtements, c’est aussi leur offrir une seconde vie sans alourdir son impact environnemental.

Joie créative de la découpe des jambes d’un jean pour en faire un short, on rend grunge un tee-shirt en découpant son col, on ajoute strass, nœuds, épaulettes, et tout ce qui vous passera par la tête pour faire de cette vieille jacket le nec plus ultra de la pointe de la tendance – au bas mot.

Si vous n’êtes pas trop travaux manuels, vous pouvez aussi acheter du tout customisé / recyclé, comme par exemple chez Andrea Crews, où le collectif crée des vêtements complètement waouw et 100% récup.

Shop in the closet tu apprendras : Avec la crise, les fashionnistas se sont naturellement transformées en recessionnistas super malines ! Pour survivre dans la jungle fashion, rester au top tout en achetant moins, il faut ruser et optimiser le placard ! Un peu de mix et beaucoup de match, on recycle cette blouse à lavallière revenue sur le devant de la scène cet automne, avec cette jupe en cuir noire plébiscitée tenue rock absolue 2009 et qui joue les prolongations, et banco on s’est bricolé un look pile dans la tendance sans avoir à fatiguer la planète, car tout était là sagement plié dans le holy placard. La planète applaudit !

dimanche 12 septembre 2010

FYE / For Your Earth, des baskets qui veulent du bien à la planète


Le phénomène n'a échappé à personne, l'argument écologique/développement durable/commerce équitable - dans l'ordre que vous voudrez - a le vent en poupe, et nombre de marques de chaussures ont fait de l'argument green leur étendard.

Avec les désormais classiques Bresiliennes Veja, ou encore l'année dernière la ligne sacre green d'ETNIES, les récentes FAGUO, ...les marques engagées se multiplient comme champignons après la pluie.

Parmi les nouveaux arrivants il faudra désormais compter avec la FYE, meaning For Your Earth, sortie cet été pour le bonheur des pieds durablement exigeants.

Dans les milieux autorisés, on dit que c'est le rêve de toute Converse grungy, que de se réincarner en aérienne et minimaliste FYE. La chose est tout à fait plausible, car la semelle de la FYE est fabriquée à partir de semelles de vieilles baskets recyclées de tous horizons et sans discrimination..

Mais l'argu ne s'arrête pas là: coton bio de la toile jusqu'aux lacets, utilisation de matériaux naturels quand ils ne sont pas recyclés, compensation carbone et enfin respect des conditions de travail via l'utilisation par exemple de colle à eau non toxique.   

Mais surtout bon petit look minimal, épuré, pour un prix abordable dans l'arène de la chaussure de style : soit 45€.
En terme d'assortiment de garde-robe: ma reco va au combo gagnant slim + FYE, ou pantalon de ville ourleté + FYE, pour un style casual, averti - oui, je suis écologiquement engagée, je porte des FYE - mais sans chichi. Croyez-moi vous allez vite oublier vos KEDS.

vendredi 10 septembre 2010

Aux Amériques, j'ai rêvé que j'avais épousé un crudivoriste

Un wrap de verdure avec à l'intérieur ..de la verdure..ça peut paraître zarbi, mais c'est surement l'un des meilleurs repas qu'on ait fait aux US!
C'est vrai que les afficionados de la raw food - prononcer "rat food" - sont légions Outre Atlantique. Si t'as 50 ans et que t'a pas été raw à un moment, c'est que t'as raté ta vie mon pote.

La base doctrinale? C'est très simple : manger des aliments vivants, c'est comme s'envoyer des shots de vie, avec tout un cortège d'enzymes qu'on ne peut pas synthétiser dans notre petit corps à nous. Ces enzymes viennent en ami pour aider à la digestion, sans sur-solliciter inutilement la production d'enzymes maison.

Pour mieux comprendre, notre patrimoine d'enzymes est un trésor de type "my precccciouuuus", les gaspiller à digérer des aliments, y a pas plus crétin. Tout est lié, si vous voulez plus on vieillit, moins on produit d'enzymes et plus les ennuis commencent, alors sauvons Willy l'enzyme pendant que nous le pouvons encore! 

Augmenter sa ration en cru voire faire une totale conversion au cru permettait d'avoir plus de peps, dormir mieux et cherry on the cake : dormir moins, stopper les cravings pour la malbouffe et j'en passe des greens et des pas mures. 

Ce qui est certain c'est que cette contrainte du cru ne bride en rien la créativité des crudivores, c'est savoureux, c'est gouteux, c'est pointu, c'est raffiné. Et on peut même trouver une version raw de plats totalement junks comme par exemple des spaghettis bolo comme avec cette recette de spaghettis réalisés à base de courgettes passées à la mandolinnette et de tomates sechées moulinexée.
Promis juré, dès que je maîtrise un menu complet, je t'invite à dîner, toi, carnivore invétéré!

mercredi 8 septembre 2010

Ben alors tu viens plus aux soirées? T'étais où???!

Bah oui, moi aussi j'ai fait ma grêve - 3 millions de minutes - du post!!
J'ai parcouru la planète pendant tout ce temps d'absence, sillonné les ruelles de Levallois aux arrières cours du 9ème, fiouuu, du pays moi j'en ai vu..
Me voici sinon back d'un petit voyage aux Etats Unis, pays de tous les extrêmes, extrêmes Yin et extrême Yang, j'en ai pris de la graine (de quinoa), petit reportage photo tout bientôt!
Home sweet home, il est bon d'être rentrée à la maison.

dimanche 30 mai 2010

Souvenirs de Cannes Festival..


Petit focus pain logotypé AB, croqué dans le restaurant Bio le Cink de l'hôtel 3.14 - où le Baron a sa résidence pendant le festival - et qui a le bon goût de présenter une carte very organic avec tout plein de produits du terroir sans pesticides comme cette tagine de poisson au citron confit oh ouiii..
Un corps sain dans des fêtes saines (hum, tu vois ce que je veux dire).

dimanche 16 mai 2010

Snobismes : quand je te dis que je suis plus BioBio que toi...


Dans la tribu des Bio-babes, comme dans nimporte quel tribu de passionnés, la tentation snob est tout simplement comme le vertige devant l'abîme : aussi inquiétante qu'irrésistible.

Voici un digest de ce que l'on peut entendre aujourd'hui dans les diners en ville :

- Eau : Tu t'es achetée une Brita? Ouais l'eau filtrée c'est pas mal, mais je me suis mise à l'eau Kangen, tu sais cette eau japonaise alcaline anti-oxydante, c'est fou le bien qu'elle me fait, je revis!

- Tri sélectif : C'est bien que tu te sois mise au tri sélectif, mais tu sais Arthur et moi depuis qu'on est passés au compost d'appartement, on a d'autant plus l'impression d'être environnementalement actifs.

- Petit-déjeuner : Ah? Tu fais ton müesli toi même avec tes petits fruits-fruits? J'adore, c'est adoooorrable, moi je me fais tous les matins une crème Budwig du Docteur Kousmine. En Suisse ils adorent ça!

- Jus de fruits frais: C'est sûr que ça n'a rien à voir avec les jus en brique du commerce, par contre si j'étais toi, je laisserai tomber ta centrifugeuse pour investir dans un extracteur de jus à vitesse lente, bah oui c'est un peu encombrant dans ta cuisine de 4 m², mais au moins les vitamines et les minéraux se retrouvent dans ton verre et pas sur la paroi..

- Régimes : Ah ce bon vieux régime de la soupe aux choux, perso je trouve qu'une monodiète à la pomme de 2 jours est un peu plus funky booster, mais là c'est à toi de voir si tu veux rester pas drôle..

- Baies : Les baies de goji, c'est vachement bien pour la vitalité, mais personne ne t'a dit que les pauvres sont bourrées de pesticides? Même Naturalia a été obligé de les sortir des rayons quel désastre. Mais tu peux trouver des baies incas et je ne te parle même pas du dernier chouchou des stars le pure Hoodia, avec la Désespérée Teri Hatcher en ambassadrice..Il y a une vraie petite hype sur ce produit, un extrait naturel de cactus coupe-faim qui ne présenterait aucun effet secondaire..

Oui, je sais, cette bio-snob (elle est un peu dans chacun de nous) est vraiment à giffler...

jeudi 13 mai 2010

Comment j'ai lu "No Impact Man" d'une traite

Sorti le mois dernier en France, le livre de Colin Beavan : 'No Impact Man' a eu l'effet d'une petite tornade dans un verre d'eau filtrée. 75 000 ex vendus aux US, le livre a déjà été traduit dans 10 langues, et tout cela s'ajoute aux 2 millions de visiteurs de son blog. Oui, Colin est un "collègue" de blog! 
Le gaillard raconte comment une famille new-yorkaise, couple de journaleux et leur baby daughter d'un an, se sont convertis à l'écologie canal historique sur une année folle en découvertes d'une complète autre manière de vivre.

Ca commence par des trucs softs, que les lecteurs de ce blog trouveraient assez banals du type faire la cuisine pour ne plus se faire livrer des plats dans des emballages en plastique, filtrer son eau plutot que d'acheter des bouteilles en plastique - passages où l'on mesure la démesure dans le mode de conso US qui clairement va un cran plus loin que nous. Au pays de l'oncle Sam, même une simple pomme est emballée dans du plastique..

Et assez rapidement on rentre dans la technique environnementale et les pièges et paradoxes de l'écologie:
- Vaut-il mieux prendre un sac en plastique ou en papier craft? Wrong answer, les 2 se valent, il vaut mieux ramener son petit sac à soi.
- Quand on est la Reine d'Angleterre (ou qu'on habite au UK), est-il mieux de consommer des tomates venues d'Espagne ou des tomates cultivées sous serre? Celles venues d'Espagne mon capitaine, la culture en serre étant vraiment dévoreuse d'énergie..

Le secret du livre réside dans la joie toute communicative avec laquelle notre narrateur fait ses découvertes, la joie des soirées sans télé où l'on joue aux charrades, et l'humour un peu Bridget Jones de ses loses et frustrations : utiliser des couches lavables ou n'utiliser que l'énergie solaire pour faire tourner son ordi, ça peut parfois être coton!
Page après page, j'ai appris tout un tas de trucs géniaux comme le second sommeil, j'ai découvert qu'il existait des tribus vraiment hardcore basées à San Francisco qui dans un mouvement detox absolu, avaient pondu des commandements comme par exemple ne plus consommer de films ou oeuvre de divertissement qui ne soit pas des arts de rue, (pas de pellicule, pas d'équippement, pas de salle de ciné donc..)toujours dans le trip zero impact...
Et j'en passe des vertes - bien sûr - et des pas mures. Passionnant, je vous dis!

No Impact Man, Colin Beavan, 18,50€, Editions Le Fleuve Noir, imprimé sur du papier recyclé, et probablement bientôt lisible sur iPad.

Un documentaire réalisé par Laura GABBERT et Justin SCHEIN, d’après le récit de COLIN BEAVAN. Sélectionné au Sundance Film Festival 2009, au Silverdocs Film Festival 2009 et au Los Angeles Film Festival 2009.

mardi 27 avril 2010

Greenwashing alert! Evian chez vous : la fausse bonne idée marketing des camionnettes électriques


Dans la tribu des biobabes, parler d'eaux minérales fait toujours polémique et promet d'animer la yourte de débats passionnés.
Option 1: Faut-il privilégier le bénéfice santé des eaux minérales en mode egotrip ? Ma naturopathe me conseillait encore récemment de les préférer à l'eau du robinet, trop chargée en plomb, en pesticides, en nitrate..
Option 2: Ou alors allons-nous sauver la planète en réduisant nos déchets, sachant que la consommation régulière d'eau minérale correspond à un surcoût de 10 kilos de déchets supplémentaires par personne et par an. Vaste dilemme n'est-il pas?
Option 3: Boire de l'eau du robinet filtrée est pour moi une élégante façon de couper la poire de la discorde en deux, en plus c'est LE dernier snobisme qui gagne les grandes tables parisiennes selon Madame Figaro.

Mais tout celà n'est pas pour arranger nos embouteilleurs embêtés qui aimeraient bien voir la bouteille en plastique se relever de la crise qu'elle a connue entre 2006 et 2009 où elle a vu ses ventes baisser de 20% selon Rue 89. Alors on brainstorm, on brainstorm et on accoche d'une jolie idée de se coller une étiquette verte sur le front afin de regagner le coeur des consommateurs!

Dans la famille greenwashing, je demande la mère des eaux minérales, oui celle là même qui est source de jeunesse : Evian. Depuis janvier dernier, le fabricant propose avec Evian chez vous de vous livrer gratuitement à domicile à partir de 2 packs d'Evian achetés.
C'est avantageux, car avec ce service Evian fait sauter le frein de la pénibilité du transport des packs d'eau, oui 18 kilos sur le dos, c'est chaud.
Mais surtout Evian chez vous veut s'inscrire dans une démarche en apparence écologique, car le transport des packs d'eau se fait par des petites camionnettes électriques ayant une empreinte carbone bien moindre que celle générée par tous les individus se rendant au supermarché avec leurs voitures polluantes pour charrier leurs packs d'eau (comme autant de zombies assoiffés d'Evian).

OK mais...Pas assez écolo mon fils..
Fabriquer puis jeter des bouteilles en plastique, voilà ce qui va alourdir votre facture carbone en amont au cours de la production, en aval dans la gestion des déchets, c'est 100% perdant zero pointé.
Alors qu'à l'opposé, l'eau du robinet est disponible sans transport, sans emballage, ni conditionnement : une bonne carafe filtrante et go go go! Et que je ne vois pas cette petite camionnette rose en bas de chez moi ou alors je me fâche tout rouge!!

Des infos intéressantes sur le site de Biocoop qui a décidé d'arrêter la distribution d'eau en bouteille en plastique ..mais qui vend des supers sytème de filtrage avec moult explications pour Armelle. 
Punaise, je viens de me rendre compte que ma BRITA à moi avec ses cartouches classiques et bien ne filtre pas les pesticides, pour cela il me faudrait le ON TAP à fixer sur le robinet. Comment je suis dégoutée que j'ai envie de cracher mon eau filtrée...NOT!!!

samedi 24 avril 2010

Stevia, pour être belle en maillot, c'est plus fort que toi! Oui mais...

Ca y est, c'est le printemps presqu'été, et comme chaque année, je me sens über-harcelée par les couvertures de magazines féminins qui font leurs choux gras avec les derniers régimes à la mode, Dukan et Cohen en tête.

La barbe, qu'on me fiche la paix, je ne connais de régime que les détox - qui bien que sains, ne sont pas amincissants - mon préféré : le régime de Gwyneth Paltrow qui proscrit le blanc : pas de farine, pas de produits laitiers, pas de sucres (pas de Martin Margiela?!).

Mais voici un nouveau copain pour diminuer sa ration calorique : la stevia, édulcorant 100% naturel puisqu'il s'agit d'une plante originaire d'Amérique latine, au pouvoir sucrant 100 fois supérieur à notre sucre. Les Indiens Guarani l'utilisent depuis des lunes pour adoucir leurs infusions aux plantes.
Mais surtout, la stevia ne fait pas grossir, parce que contrairement au sucre qui est assimilé par l'organisme lors de la digestion, la stevia est éliminée par ton body. Pas assimilée, pas dans tes réserves de gras-bourrelets-coussinets.

Le produit a été autorisé depuis janvier 2010 par l’afssaps en France, plus de 20 ans après le Japon où l'on trouve de la stevia un peu partout, de la sauce soja, aux boissons gazeuses et autres gateaux de riz. Certes le lobby de l'aspartame n'était pas aussi costaud au Japon que chez nous ou qu'aux Etats Unis, où il aura fallu attendre 2008 pour voir les projets édulcorés éclore chez Coca Cola et Pepsico comme autant de fleurs au printemps.
Et le lancement actuel de Pure Via, seul édulcorant à la stevia mass market à ma connaissance, à renfort de spots tv ne vous aura sans doute pas échappé.

Big Warnings néanmoins :
1) Dans le cadre d'un sevrage de son addiction au sucre, on fout en l'air son programme avec la stevia, voire même on aura tendance à plus se lâcher sur le sucré avec un édulcorant no impact.
2) Femmes enceintes s'abstenir: Selon une source ethnobotanique paraguayenne, la stévia serait considérée comme une plante abortive.
3) Recommandation de l'afssaps de ne pas dépasser la température de 120 °C en cuisine et de ne pas débuter de régime sans avis médical.
Ce dernier point sent le principe de précaution à plein pif, quand on sait que toute la France se gave d'Alli sans ordonnance..

mardi 13 avril 2010

Ducasse mon héros. Le chef réitère son marché de saison au Plaza Athénée

En France, on a des gens qui sont plus forts que le roquefort.
Dans la famille fortiche, j’appelle donc Alain Ducasse, champion en développement durable, faisant l’apologie des produits bio, sains et de proximité.

Comme il l’avait fait l’année dernière, le chef étoilé réitère l’organisation de son marché de saison dans la cour du prestigieux Plaza Athénée. Une quinzaine de ses producteurs et fournisseurs sont ainsi réunis aujourd’hui pour présenter leurs produits, expliquer d’où ils viennent où ils vont, présenter leur savoir-faire de producteur et leur engagement dans la culture raisonnée.

Un marché où l’on ne peut pas acheter – damned ! je rêve d’asperges – mais où une large place est faite à la dégustation : une envie impérieuse de betterave ?

Comme j’aimerai y aller, si je n’étais pas coincée dans ma tour bétonnée à me traîner à la cantine d’entreprise aux brocolis trop bouillis – aussi classique que les pates trop cuites. Aussi je me suis contentée de l’écouter ce matin sur Europe 1, où j’ai senti le monsieur très soucieux du bien-être des générations futures : pas de thon rouge à la carte, du bio et du zero kilomètre dès que c’est possible, planète et têtes blondes obligent.

Et chose que j’ai apprise, l’entreprise Ducasse œuvre également dans la restauration collective et notamment sur l’amélioration de la qualité des menus servis dans les cantines d’entreprise.
Je prie pour que les gestionnaires de ma cantine aient été devant leurs postes à galène ce matin, son intervention les aura surement inspirés.

Pour les Parisien(ne)s qui ont des agendas à trou, foncez au Plaza Athénée, les producteurs seront présents de 10h à 17h. C’est l’occasion de 1) se faire un petit carnet d’adresses 2) s'offrir un plaisir des pupilles et des papilles !

Cour Jardin du Plaza Athénée
Mardi 13 avril 2010, sans interruption de 10h00 à 17h00. Ouvert au public.
Entrée par le 27, avenue Montaigne – 75008 Paris

jeudi 1 avril 2010

Vous voulez voir du pays? Plus fort que la mama, la pizza et la vespa, dépaysement garanti avec les légumes italiens

Lasciate mi cantare mon amour pour les légumes romains, qu'ils sont frais qu'ils sont jolis sur le Campo dei Fiori !
C'est quand même marrant que dans un pays latin aussi proche de la France que l'Italie, on arrive à faire que même les légumes soient dépaysants.
Plus précisément, ils sont comme chez nous mais avec un twist, ce qui leur donne un petit coup de frais et de neuf, sacrément plaisants.
Quelques exemples : les courgettes ne s'entendent qu'avec leurs fleurettes - fiori di zucchini-, qu'on retrouve souvent en délicieux beignets; on n'y trouve pas un brocoli à la ronde mais vous pourrez compter sur leurs cousins : les choux romanesco, beaucoup plus picturaux et beaucoup plus fleurs que leurs autres germains les choux-fleurs, ces derniers sont archi communs à Rome alors qu'ils n'ont été cultivés qu'à partir de 1990 en France et ne se trouvent pas nécessairement dans ton Franprix, à moins que tu n'habites le Marais ou Montorgueil et encore...
Du même acabit, c'est assez banal de trouver de la chicorée cuite dans les trattorias (trattorie?), c'est beaucoup plus exotique que d'avoir des épinards.
Mais le must du dépaysement : ce sont les PUNTARELLE, des petites pousses de coeur de chicorée, typiquement romaines, coupées dans la longueur en fines tiges et plongées dans l'eau vinaigrée glacée.
Après une heure de traitement, ces petites tiges se recourbent et prennent cette forme si typique sans perdre leur croquant. Comme si cela ne suffisait pas, il faut ajouter que la salade de puntarelle se prépare avec une sauce ail, anchois et vinaigre de vin à se damner.
Vite! Il faut que je me rencarde avec les primeurs du coin, pour me procurer ces petites pousses et faire voyager mes invités.

L'eau du robinet à Rome : la meilleure d'Italie

Un truc et astuce écolo et super sain : remplir sa petite bouteille d'eau aux fontaines de Rome, et en boire jusqu'à plus soif!
2500 fontaines romaines sont ainsi alimentée gratuitement en eau fraîche et potable, et cherry on top : l'eau de Rome est considérée comme la meilleure d'Italie.
C'est un papier de la Republica qui avait établi la hotlist des meilleures eaux italiennes, tandis que le journal rappelait dans la foulée que l'eau de Rome présentait un excellent apport en calcium, ce qui en faisait une eau de choix pour les bébés et les personnes souffrant d'osteoporose.
Warning : ne pas boire aux statues baveuses (comme sur la photo, sorry ou celles de Trévi ou de la piazza Navona) leur préférer les fontaines de rue, la street aqua, je ne vous dis que ça!

samedi 20 mars 2010

Biobabes et biomecs, je déclare la semaine sans pesticides ouverte!

Et pour fêter ça, j'ai fait un gros plein au marché des batignolles ce matin (enfin ce midi, ouais à 13h quoi). Comme d'habitude, j'étais tout portefeuille ouvert, et comme d'habitude, ma boulimie de légumes m'a bien ruinée : "Shitake m'a TUER" j'ai écrit sur les murs. 45€ le panier obèse de fruits et légumes.
Qu'à cela ne tienne, sur ces 45€ mettez 30€ en capital plaisirs gustatifs et 15€ en capital santé.

Je ne vais pas vous faire un cours magistral, mais il est maintenant communément accepté que les pesticides sont nocifs pour la santé. Or, Cocorico, la France est le plus gros consommateur de pesticides en Europe et le 3ème plus gros consommateur au monde. Jusqu'ici on se disait qu'en épluchant les fruits et légumes on limitait l'absorption des pesticides restés à la surface, et en consommant des aliments variés, on n'atteignait pas le seuil de toxicité. Malheureusement, cela aurait été sans compter sur l'effet cocktail des pesticides: entre eux, ils se potentialisent et deviennent encore plus nuisibles, comme une vieille association de malfaiteurs.
La liste des risques auxquels on est plus sujets en étant exposé aux pesticides est freaky : cancer, malformations congénitales, problèmes d’infertilité, problèmes neurologiques ou encore système immunitaire affaibli.
Méfiez-vous de la pomme de supermarché, celle-ci dans sa vie de pomme est traitée 27 fois en agriculture conventionnelle! Qu'on la scalpe et vite, hein? Oui, ou bien qu'on en choisisse une bio.

Tout un tas d'infos seront relayées lors de la Semaine Sans Pesticides du 20 au 30 mars, pendant laquelle de nombreuses actions visant à sensibiliser le public aux risques sanitaires et environnementaux engendrés par l'utilisation des pesticides seront organisées partout en France.
A Paris, on pourra assister à la projection de "Nos enfants nous accuseront", à des ateliers sur comment cultiver son potager bio, sur le compost, paillage et compagnie et bien d'autres encore.

Toutes les infos se trouvent sur http://www.semaine-sans-pesticides.com/

jeudi 18 mars 2010

Pourquoi j'adore le yogi tea (aussi)


Je suis totally fan du yogi tea, marque de thé allemande, qui fabrique cette merveilleuse infusion sans thé noir bien nommé "yogi tea classic" à la canelle et au gingembre.
S'il y avait une Fanpage yogi tea sur Facebook, j'y serais. Et même je commenterais mon feed en rajoutant "Bertille aime ça!".

Ce qu'il y a de chouette dans le yogi tea, en plus du goût suprêmement délicieux, du côté zero calorie, c'est que chaque sachet d'infusion est assorti d'une petite phrase, pensée philosophique, imprimée sur l'étiquette. C'est presque comme quand vous ouvrez des cookies fortune et que s'offrent à vous des nouvelles clefs philo/psycho, sans le côté madame Irma du pauvre.

Aujourd'hui pour étancher ma soif de chameau, je me suis fait 3 big théières de yogi tea : j'ai consulté l'oracle de l'étiquette et voici ce qu'il m'a dit :
"Wisdom becomes knowledge when it becomes your personal experience"
"May your inner self be secure and happy"
"To learn, read. To know, write. To master, teach."

La sagesse, c'est tout un programme...

vendredi 12 mars 2010

Couples de tous les pays, unissez-vous dans les tâches ingrates, qui grattent, qui grattent, qui grattent !

Et enterrez la hache de guerre des activités ménagères !


Si l’on en croit une étude de l’université de Western Ontario, le bonheur serait dans l’essuie-tout et la javel à deux.

D'après les chercheurs, le partage équitable des tâches ménagères est un gage de bonheur dans le couple. L’étude montre en effet que les couples égalitaires sur les tâches professionnelles (au boulot) et les tâches privées (à la maison) s’estiment plus heureux que les autres.

Vous en aviez rêvé ? Western Ontario l’a démontré (en même temps vous m’auriez demandé mon avis sans étude à l’appui, je vous l’aurais dit également, mais ça l’étude ne le dit pas)!

lundi 8 mars 2010

L’acupuncture japonaise : des aiguilles fines comme des cheveux


Cela valait bien le coup d’avoir peur des aiguilles. Je sors de ma séance d’acupuncture et sensation hallucinante, j’ai les épaules et le haut du dos tellement détendus, que c’est comme si on m’avait fixé des petits ballons d’hélium sur les omoplates qui me rendraient légère, légère..à moins que ce ne soient des ailes !

Avis aux froussard(e)s, allez-y les yeux fermés, cela ne fait pas mal du tout et même pour avoir testé les deux, je trouve qu’on sent encore moins les aiguilles japonaises que les chinoises. Et bien sûr, comme dans toutes ces disciplines énergétiques, j’ai été bluffée par la fiabilité du diagnostic par les pouls. OK tu m'as tâté le poignet, et c'est lui qui t'a dit que j'avais des migraines en ce moment? Ben oui.

Complètement réconciliée avec les aiguilles. Et pic et pic et colégram, boure et boure et ratatam.

lundi 1 mars 2010

Say Hello Kitty ! Mon gâteau à la noisette sans gluten ni produit laitier



Vous aimez les gâteaux ? Vous aimez les régressifs trips ? Vous adorerez mon gâteau Hello Kitty à la noisette sans gluten ni produit laitier !

Parce que cette recette mérite d’être partagée avec le monde entier connecté comme un seul homme par la magie du web à « comment je suis devenue bio », j’ai décidé de vous révéler ici et maintenant ses ingrédients pas si secrets que ça : car il s'agit d’une variante bio du gâteau au yaourt.

Pour bien faire, faîtes comme Catherine Deneuve dans Peau d’Ane, revêtez votre plus belle peau (d’âne), votre grimoire (ce blog), votre baguette magique (une baguette en bois pour tester la cuisson du gâteau) et en avant la musique !

Il vous faut :

- 2 yaourts au soja nature, gardez les pots ils vous serviront de mesure pour la suite
- 4 œufs bio
- 4 pots de farine de quinoa
- 2,5 pots de sucre roux
- 1 pot d’huile d’olive
- 1 sachet de 200 g de noisettes moulues, auquel on peut ajouter des brisures de noisettes
- 1 sachet de levure pour les flemmardes, ou sinon, le mieux est de faire monter les blancs des œufs en neige pour créer un levain naturel
- 1 gousse de vanille fendue et répartie en plusieurs morceaux dans le gâteau, après c’est un peu comme la fève, certains invités tomberont sur des petits bouts de gousse, à recracher donc.

Vous touillez, vous touillez, vous touillez…remplissez votre moule du précieux liquide – moule Hello Kitty en option donc – enfournez à 220°C pendant 30 minutes et testez de votre baguette en bois à la fin de la cuisson, elle doit ressortir sèche comme les chaussettes de l’archi-duchesse c'est-à-dire, sèches mais graisseuses moelleuses.

On peut envisager une variante avec farine complète, si comme c’est le cas de mon cher et tendre casse noisette, votre entourage trouve que l’on sent un peu trop le goût du quinoa dans un gâteau, qui prendrait d’un coup des accents de salade au quinoa…Mais à la farine complète, certes on reste hors des farines blanches, mais pour le coup ce n’est plus sans gluten !

Alors, ça vous plaît ? C’est moi qui l’ai fait !

Moule Hello Kitty en silicone, acheté 16€ à la Grande Epicerie à Paris

vendredi 26 février 2010

If it came from a plant, eat it; if it was made in a plant, don’t.

Petite traduction simultanée pour ma maman :
Maman, tu vois dans la phrase, "plant" la première fois ça veut dire plante, oui oui, comme en français, et la deuxième fois ça veut dire "usine". Oui c'est pour ça que j'ai mis la pochette de Animals des Pink Floyd avec la grosse usine en illustration, en plus je sais que t'aimes bien cet album.
Mais non, je ne te parle pas comme si tu avais 12 ans, je te parle juste comme si tu n'étais pas bilinguale.
From Bertille with Love (lot of), Mum.

lundi 22 février 2010

'Mon Bébé mange Bio', un livre petit mais costaud à offrir aux jeunes mamans


Voici un petit livre très sympa et bien fichu pour guider la jeune maman dans l'alimentation de son bébé depuis l'allaitement (si elle décide d'allaiter !) soit de zero à trois ans.
Je vais l'offrir à ma copine Hélène qui vient d'accoucher d'un petit Albert la semaine dernière.

Elle n'est pas spécialement branchée biobio, elle ferait même plutôt partie des ultra-carnivores repenties pendant la grossesse. Aussi je parie mon cuit-vapeur que certains principes vont lui paraître limite radicaux et contraignants, mais à la fois je suis sure qu'elle va craquer sur les petites recettes pour Albert.

Le livre commence par une partie didactique où l'auteur explique le B.A BA de l'alimentation bio des tout petits comme garant du développement d'une bonne immunité.

Pour ce faire, il faut revenir à la base, se refaire une culture de ce que sont les proteines, glucides, lipides, d'où elles viennent, où elles vont et dans quelle étagère! Saviez-vous par exemple que les lentilles contenanient plus de protéines que le poulet et que les algues quasiment autant que les oeufs? Mais il faut aussi se familiariser avec les sources de vitamines et d'oligo-éléments, ces zinc, cuivre, manganèse, et tous ces autres minéraux, petits mais costauds qui sont indispensables au bon fonctionnement de notre organisme.

Le livre parle également des méthodes de préparation et de cuisson, c'est comme ça que j'apprends qu'il vaut mieux cuisiner ses légumes au cuit-vapeur qu'à la cocotte minute qui présente le défaut somme toute majeur de destructurer les aliments et ainsi de les altérer dans leurs qualités nutritives.
Fiou, encore un pilier de ma culture culinaire qui tombe après avoir été crucifié sur l'autel du bio. Si vous avez plus d'info sur ce point, n'hésitez pas à poster vos commentaires. Même si je possède un cuit-vapeur, j'étais très attachée à ma cocotte seb, et ensemble nous avions gagné de nombreuses batailles de dîners presque parfaits, alors maintenant que j'apprends qu'elle altère les qualités nutritives des aliments?!.

Enfin, et c'est là la qualité principale de ce petit livre, les recettes qu'il propose sont à croquer : soupe de quinoa et chataîgnes (à partir de 9 mois), pommes et navets rapés (à partir de 12 mois), burgers de potiron, riz et salade de pousses d'épinard (à partir de 2 ans), plus de 70 idées de recettes de snacks, entrées, plats, desserts, goûters et boissons qui à mon avis méritent largement d'être partagées avec les grands.

Alors Hélène, conquise?

Mon Bébé mange Bio, L'alimentation saine de 0 à 3 ans, Aude Lafait, Editions Soliflor, 15€

samedi 20 février 2010

J'ai cherché Superecolo partout sur Chatroulette, mais...

Chatroulette c'est ce site de chat vidéo aléatoire ou vous pouvez tchatter webcam connectée avec des gens du monde entier, l'aspect roulette résidant dans le côté aléatoire de votre partenaire de chat.
Idée bonus qui a son intérêt, vous pouvez zapper ledit partenaire - qui se conjugue parfois au pluriel: ils sont parfois 5 devant leur webcam pour un bon tchat entre amis - vous pouvez donc zapper l'intrigant, si sa tête ne vous revient pas. Chatroulette et son monde impitoyable.

Comme beaucoup j'ai été fascinée par l'über-réalité qui se dégage de l'usage de la plateforme. Si vous êtes médusés par le rien, par l'absurde aussi et par tous les non-événements ou platitudes de la réalité érigées en sommité de la beauté - en gros si Loana dans le Loft vous avait ému - , ce site est pour vous, pour moi, pour nous quoi!

Figurez-vous que les petits jeunes qui n'en veulent d'Europe Ecologie, voyant la hype grandissante du site ont eu la bonne idée d'entrer en campagne et faire la promo de leur site superecolo.org sur chatroulette.
Les 30 000 utilisateurs de chatroulette pouvaient ainsi tomber sur une militante superecolo, mais qui n'était en vérité qu'une des multiples vidéos que le groupe a fait circuler sur le site. Belle idée pour faire parler de soi!

Superecolo girl, où étais-tu? Tu m'as bien manquée dans mes partenaires de tchat, ce site n'est définitivement pas à mettre entre toutes les mains: je suis bien plus souvent tombée sur des mecs déguisés en pirate ou en ninja, des types en train de se masturber, une fille avec un (faux) pénis - dérangeant -, des aliens, des fakirs, des gens normaux... Il parait même qu'on pouvait y voir les Jonas brothers, flippant, non?

Pour les curieux mais pas téméraires, allez faire un tour sur Chatroulolz  où les internautes envoient les screenshots de leurs hasardeuses rencontres.
Pour ceux qui se sentent prêts pour le grand frisson, c'est ici!

mardi 16 février 2010

Le livre d’Elisabeth Badinter fait pleurer de rage les bio babes dans leurs chaumières


A peine sorti et bénéficiant d’un plan de relations presse incontournable, le dernier ouvrage de la philosophe «Le conflit, la femme et la mère» a beau jeu d’énerver tout ce que la France compte de bio-babes de tous âges et de tous horizons et à certains égards, elle m’a un peu foutu les nerfs aussi. Pour la faire courte Elisabeth Badinter accuse un courant naturaliste de promouvoir une idée de la femme/mère idéale assez passéiste et qui ferait régresser la condition féminine.

Le courant naturaliste il se traduit comment? Florilège de manifestations possibles : les femmes sont désormais flippées de prendre la pilule parce que cette tutelle d’hormones pourrait les rendre stériles, que la bonne mère est la mère qui allaite, que la mère parfaite est aussi soucieuse de l’environnement et donc achète des couches lavables… et j’en passe des green et des pas bourrées de pesticides sur les tares et lubies de ces femmes piquées de naturalisme dont il faut bien le reconnaître, même si je n’adhère pas à tout, je fais partie.

Mais le souci dans tout ça, c’est que toutes affairées à leurs purées de rutabagas bio et de couches lavables, les femmes se retrouveraient coincées dans leurs carrières professionnelles, parce qu’assignées à résidence pour allaiter puis élever naturellement leur bio-progéniture.

Pour ma part, je ne peux pas m’indigner qu’Elisabeth Badinter pose la question même si elle caricature un peu les green activities. Pour l’instant j’ai tout le loisir de faire mes bio-routines en long, en large et par le menu, tout cela en menant de front une carrière internationale de premier plan – pardon, je m’étouffe d’un rire sarcastique. Aussi je veux bien croire que les green rituels qui sont les miens aujourd’hui deviendront un peu plus compliqués à gérer quand je serai entourée de mini clones bouffeurs d'emploi du temps. Mais finalement, est-ce plus compliqué que de jongler avec sa vie de couple, sa vie amicale, sa vie pro, ...sa vie où l'on enfonce des portes ouvertes ;-) : tout est une question de compromis et de bon sens.
Voyons l'ouverture du débat comme une excellente occasion de laisser les bio-babes de toutes confessions (tendance yoga bikram, ascendant omégas 3, orientation baies de goji etc.) éclaircir leurs arguments et illustrer la modernité du « courant naturaliste ».

Voir les réactions de Nathalie Kosciusko-Morizet et Cécile Duflot sur le sujet.
Update du 18/02 : Lire aussi "Vertes de rage, lettre ouverte à Mme Badinter" la lettre ouverte de journalistes, entrepreneurs, consultante, à lire absolument sur ecoloinfo.
Green women rule!

jeudi 11 février 2010

Le Brunch Bazar, c’était ça :

Ca s’est passé samedi dernier au Comptoir Général sur les berges du canal St Martin.

Vachement chouette ! Un programme aussi dense que celui d’Europe Ecologie : les petits plats bio pour les petits et les grands de Cococook, avec mention spéciale pour le gâteau à la patate douce ; un vide-dressing fashion okay sans plus – toujours le même souci des filles qui lâchent leurs fringues moyennes plus , mais pour un prix plus plus – et des ateliers mortels comme le stand tricot de bijoux de Wool and the gang : pour des petits ouvrages en Alpaca, si si, ou celui de modelage terre glaise et encore tout plein de trucs pour ceux qui sont restés de 12h à 20h.

Bon à savoir : le lieu est infesté de nains de tout poils, du tout mignon choubidou barbouillé de nutella –oui, mais du Nutella Bio, scuzzze - au baby crado poids lourd que sa couche tu me la fais même pas changer en rêve.

Ca crie, ça rigole, ça gazouille, ça joue aux play dohs – ça mange même des fois les play dohs – tout ça dans un joyeux désordre (bazar oblige) finalement très sympathico-baroque.

Rendez-vous le 7 mars pour le prochain opus du fancylicious Brunch Bazar

Retrouvez d'autres témoignages sur les blogs de Bambi à Paris et Professeur des Ecoles

lundi 8 février 2010

J’ai testé la coupe énergétique chez Rémi Portrait, un salon de coiffure zen et pas zinzin !


J’ai toujours été très fidèle en matière de coiffeur : par amour de mon cheveu, par habitude aussi, mais surtout par peur de la coupe de ratonne que tu mets 6 mois à ce que ça repousse et que tu reprennes figure humaine.
Pourtant un article du Elle sur un salon de coiffure très particulier m’avait fait de l’œil avec un argument massif : Rémi Portrait est LE coiffeur qui a imaginé une technique de coupe de cheveux inspirée de la médecine chinoise

Je pense alors à mon coiffeur habituel : super talentueux, über friendly, muchas efficace, deux changements de coupe radicaux et réussis à son actif – c’est rare autant - et tant d’adrénaline partagée au moment du coiffage où le verdict tombe pour valider le résultat final.
Mon cœur balance, chavire et n’en pouvant plus, - tant pis pour Matt mon coiffeur attitré- j’appelle pour prendre rendez-vous.

Au final, une coupe énergétique dans la conception Rémi Portrait c’est quoi ?


C’est une coupe au rasoir qui va produire une vibration : le coiffeur va tendre (tirer) les cheveux à couper et les utiliser ainsi comme de cordes d’un instrument, le rasoir en étant l’archet. Pratiquement, quand les cheveux sont tirés puis coupés, ça provoque une sensation de picotement, tiraillement, un peu comme si on épilait tout doux léger, le cuir chevelu.

Au préalable, la conseillère m’a fait un vrai diagnostic de mon cheveu et de mon cuir chevelu : sec et cassant dû à une prédominance de l’énergie du métal, à associer à une défaillance poumon / gros intestin.
Ca commence bien, j’aime quand on me parle de mes énergies et de mes organes. Ca me rappelle mes séances de yoga ou de réflexothérapie avec leur parfum d’ésotérisme. Mais malheureusement, pour aller plus loin dans la discussion, c’est une autre formule : la consultation, plus chère et qui a de vraies allures de psychothérapie du cheveu. D’ailleurs Rémi Portrait a écrit avec Michel Odoul un ouvrage sur le cheveu comme miroir de l’âme où ils explorent la vie de personnes en lien avec leurs cheveux, oui.
On m’a également régalée d’un massage crânien shiatsu au moment du shampoing pour apporter détente et relaxation, celui-là je l’ai trouvé un peu mou en fait, j’attendais un peu plus de griffe.

Au final, je suis partie avec une bien jolie coupe classique et réussie : un long avec dégradé bien respecté.
J’ai surtout bien aimé la friction/tension du cuir chevelu au moment de la coupe au rasoir et peut-être parce que c’est un peu fou, j’ai bon espoir que mon cheveu cassant et sec retrouve sa vitalité. Mais finalement pourquoi pas ? Le cheveu est après tout un organe comme les autres.

Salon Rémi Portrait - 7 rue du Mont Thabor 75001 Paris - 01 42 60 64 34
70€ la coupe coiffage

lundi 25 janvier 2010

Muffins et tofu burgers : des orgies healthy mais des orgies quand même

Ca a marmitonné sévère ce week-end...ça a tellement chauffé en cuisine et dans les assiettes que certaines vont devoir aller au sport ce soir pour expier par les pieds le trop plein de ma trop petite panse.


Entre les tofus burgers de Kaori Endo – aux commandes de Rose Bakery  – et les muffins de Bob – Marc Grossman du Bob’s Juice Bar / Kitchendont je possède les livres de recettes, j’ai été comme téléguidée par les healthy-mini-chefs les plus en vue du moment. Bref, mon week-end aura été un énième réveillon du mois de Janvier. Oui parce que le problème chez moi, ce n'est pas la qualité mais la quantité. Mais je digresserai sur le sujet plus tard.

Voici une astuce de Bob lue dans son très savoureux ouvrage sur les muffins.

Les fruits sont bien souvent à l’honneur dans les muffins de Bob. Si crus ils sont éminemment bourrés de vitamines, ils perdent une bonne partie de celles-ci à la cuisson, on n’y peut rien ou presque. L’astuce c’est donc de loger les morceaux de fruits le plus en centre du muffin possible, là où la cuisson est la moins forte pour sauver de la mort subite sur l’échafaud les vitamines du début de l’alphabet (ABCDE).

Muffins Box, de Marc Grossman – le livre de recettes de Bob est vendu avec 9 moules en silicone pour les victimes du marketing comme moi pour la modique somme de 15,90€

Une Japonaise à Paris, Kaori Endo, 54 recettes faciles pour cuisiner comme au Japon, env 28€

lundi 18 janvier 2010

ECO-CUP : Vous n'irez plus au Starbucks les mains vides!


Quand Etienne à Saint Lazare vous demandera si vous voulez un Tall Grande ou Venti, répondez-lui nonchalamment : « oh, vous n’avez qu’à me servir dans mon eco-cup, c’est plus durable » et bim vous l’aurez séché le Etienne !

Parce que la fausse cup jetable n’en est pas une, normal elle est en porcelaine toute jolie toute blanchie, elle est donc lavable et gardable. Son truc en plus : un tour de protection en caoutchouc pour protéger ses mimines de la chaleur volcanique du Mokaccino.

Bon, à défaut de se radiner au Starbucks avec l’éco-cup, on peut au moins jouer au Starbucks à la maison, morceaux choisis :


VENDEUR IMAGINAIRE : Ca sera quoi pour vous Bertille aujourd’hui?
BERTILLE REELLE : Comme d’habitude svp, grande soja chaud avec une pompe de vanille
VENDEUR IMAGINAIRE : Vous allez adorer nous avons changé nos fournisseurs, désormais nous prenons exclusivement du lait de soja enrichi en calcium.
BERTILLE REELLE : Ah oui, génial, et quand est-ce que vous servirez du lait d’épeautre/riz/ noisettes ?

Merci à Mourielle qui m’a ramené cette jolie eco-cup du green et swinging London, la belle est trouvable en ligne ici ou là, notamment sur le site Thinkgeek

vendredi 15 janvier 2010

Je lis « Etre jeune à tout âge ». J’ai craqué là ou bien ?


Euh ouais, mais non. Ca a l’odeur du craquage, la couleur, le goût, ..Bref, ça ressemble à du bon craquage en règle. Mais magie de l’effet Canada dry, ça n’est PAS du craquage.
Car non, je ne me suis pas inscrite à la league des cougars et je ne me suis pas désabonnée non plus du groupe Facebook « J’ai arrêté de dire Yo pour lutter contre le jeunisme ».

Le jeunisme c’est mal, ça te fait de la violence dans ton corps et dans ta tête, et comme si ça ne suffisait pas ça te fait transpirer aussi du porte-monnaie à coup d’opérations chirurgicales, que tu commences à en faire une tu finis par en faire dix et à ressembler à Donald Duck meets les air bags de ma twingo.

Bref, OK pour rester jeune mais tout en sachant raison garder, c'est-à-dire en luttant contre la parano et la peur du spectre de la vieillesse. Pour faire les comptes de ma compromission avec l’ennemi jeuniste et ma curiosité dans les stratégies antivieillissement, disons que je m’autorise juste à scanner le blog de Gwyneth Paltrow –37 ans et l’air d’une adolescente - et aussi je lis donc en ce moment ce « Etre jeune à tout âge » du docteur Nadia Volf, parce qu’elle est médecin généraliste et acupunctrice formée à la médecine traditionnelle chinoise.

Evidemment, dès qu’on me parle d’alliance entre les enseignements de la médecine occidentale et médecine traditionnelle chinoise (MTC pour les intimes), mon cœur commence à battre à la chamade. Son livre est plutôt réussi à cet égard et j’ai glané tout un tas de conseils intéressants pour rétablir les équilibres féminins en fonction de son âge car chaque décennie de la vie d’une femme a ses petits challenges associés. Je ne manquerais pas de donner des trucs et astuces ici ou là, en particulier en phytothérapie où le Doc m’a plutôt bien éclairée. Me voilà parée pour vivre belle et en forme jusqu’à 80 ans (c’est le sous-titre du livre, sic). Please, call me Gwyneth.

Etre jeune à tout âge, Docteur Nadia Volf, 19,90€ sorti en mars 2009 aux Editions XO.

Pour en savoir plus sur le Docteur Nadia Volf, aussi médecin des stars (de Valérie Giscard D’Estaing, Denis Olivennes, Didier Barbelivien et Johnny Halliday…oui tous les meilleurs y sont passés) lisez cet article du Monde : l’acupunctrice qui lisait dans l’oreille du tout Paris.

mercredi 13 janvier 2010

Après leur hit single "don't fuck with the BB Fock", ils reviennent avec un 'So Long 2009" des plus engagés


Si vous avez passé 2009 dans une yourte au fin fond des steppes mongoles, tout simplement pour ne pas être irradié par leWiFi de vos voisins, peut-être que vous consultez ce blog pour prendre quelques nouvelles de la planète. Venez ici en ami.
Vous avez frappé à la bonne porte, car Bertille vous propose de refaire le tour des éco sujets chauds de 2009 en visionnant urgemment le 'So Long 2009' de mes amis BB Fock, groupe de green rock post moderne, plus engagé tu meurs (d'une attaque de paraben et phtalates vicieuses).
Pour encore plus de "poids des mots, choc des arrangements", vous trouverez aussi leur hit single "Don't fuck with the BB Fock" sur leur page Facebook.

Attention, il est conseillé d'éloigner les enfants des écrans et ne jamais leur traduire les paroles en Français car certaines images/textes sont simplement insoutenables.

Et pour la version Karaoke (bientôt disponible wur Wii et Playstation 3), voici les lyrics:
So long 2009, 1, 2, 12 months of carabine,
Welcome 2010, 3, 6, 5 days of killing men,
Farewell 2009, 8 thousand hours for the crime,
Happy New Year 2010, how many seconds ‘til the end?

January, first in a row, how could you let this happen, bro?
Fuel your car feels so good to you, you don’t care if they spill a few…


February, in the winter’s bliz’, I hope now that you feel at ease,
Warm and hype in this brand new coat, no matter if they cut her throat…


March has come, spring is there, why the leafs have that funny air?
Cause if you pay the same, they don’t care for the acid rain…

July, friends, let’s go to the beach, throw our cans in the pacific!
“Daddy, daddy, is it a dolphin?” “No my son, garbage from our bins.”


August killed another grandpa, lonely soul in this new sauna.
This happens when to cure fever, you just break the thermometer.


September, child goes back to school, learn to be the king of fool
To admire in some ancient book, how to kill a frog with a hook.

October is my favourite glance, since hunters came into the dance.
One year long they’ve waited the thrill, to exert their license to kill.


November, final stand, planet earth hopes the year to end:
Time is rough for an old mother, when her children turn their back on her.


December, last in all, Copenhage will you save our soul?
No my friend, die in peace, money shall rule 2010.

So long 2009, 1, 2, 12 months of carabine,
Welcome 2010, 3, 6, 5 days of killing men,


Farewell 2009, 8 thousand hours for the crime,
Happy New Year 2010, how many seconds ‘til the end?
(Tic tac tic tac tic tac)

lundi 11 janvier 2010

Je ne suis pas BIO à 100%, c’est grave docteur ?



Another French paradox: plus d’un Français sur 4 consomme régulièrement des produits bio*, quand dans le même temps la part de l’alimentation BIO représente à peine 1,7% de l’alimentation globale**. Je ne vois qu’une explication : cela fait plus de 25% de la population frustrée de ne pas pouvoir s’alimenter bio à 100%, avec moi en tête de file! La faute à qui ? La faute à l’accessibilité de produits bio, la faute à addition trop chère au marché des Batignolles, la faute à pas le temps.

Alors évidemment, une chaîne comme Naturalia a beau jeu de claironner: « Ne soyez pas bio à moitié ! ». Avec ce superbe slogan culpabilisant, ils s’adressent à la quasi-totalité de la tribu bio qui n’a ainsi qu’une seule option : se fouetter le dos avec des orties avant de se ruer chez Naturalia pour leveler à 100%.

Certes les 100% bio existent, comme chaque communauté, le BIO a ses hardcores et pour donner un ordre de grandeur, on compte 13 000 adhérents à Bio Consom’acteurs, la seule association nationale de consommateurs bio, qu’on peut légitimement qualifier de pratiquants bio hardcore.

Je ne sais pas trop comment les purs et durs réagissent à la démocratisation du BIO aux bobos et plus généralement au grand public. Ce n’est pas sûr qu’ils se sentent dépossédés. Au fond, il y a fort à parier qu’ils se réjouissent de voir leurs produits favoris gagner les rayons des supermarchés qu’ils fréquentent par ailleurs pour le non alimentaire. Et peut-être qu’ils sont contents d’avoir des restaurants, cantines intégralement passés au bio. Mais surtout je suis sure qu’ils sont en train de trouver des produits encore plus radicaux, naturels et exclusifs : il y aura toujours de nouvelles frontières !

Ce qui est certain c’est que la grande distribution, elle, s’intéresse de plus en plus au marché du bio – et qui les en blâmerait ? les marges sur le bio sont de 5 à 10 points supérieures à celles des produits traditionnels****. La bonne nouvelle c’est que les rayons bio se généralisent, s’étoffent, pour toujours mieux répondre aux attentes de qui le bobo - avec les vraies soupes de Marc Veyrat chez Monoprix, les menus de Noël Naturalia, qui le macrobio ; le végétalien -rayons fruits et légumes-, ou le canal historique – avec les Bjorg, Bonneterre.

Tout le monde il est bio, tout le monde il est gentil je vous dis.

*27% d’après le cabinet d’études TMO
**TNS Worldpanel 2009
*** d’après l’agence bio
**** Lire l'excellent article du Figaro : Les hypermarchés font sortir les produits bio de leur ghetto

mardi 5 janvier 2010

« Champignon Carbone Capture » mieux qu’un nom de groupe, un nom pour du mobilier urbain dépolluant



Si seulement ils pouvaient mettre ces sièges en bas de chez moi, à la place de ces vieux pots de fleurs sans fleur qui servent de poubelles pas belles…
Les CCC – pour Champignon Carbone Capture - sont tellement beaux que j’en ai la pupille über-dilatée et la bave à la commissure des lèvres et je ne suis que devant mon écran de PC...sigh…

Mais si j’en parle ici et maintenant c’est qu’en plus de leur plastique parfaite, les créations d’Alexandre Moronnoz ont des vertus environnementales tout à fait intéressantes.
Fabriquées en Béton TX Active, elles contiennent un catalyseur – oui comme les pots d’échappement catalytiques – qui permet de capter les polluants contenus dans l’air.
Apporteur de beauté visuelle, dépolluant environnemental, ce siège génial vient même de remporter le Grand Prix de la Création design de la ville de Paris.
Moi, il me vient des envies de dépolluer le salon!

Partage avec tes meilleurs amis pour la vie