dimanche 10 octobre 2010

Les 5 commandements Fashion costauds pour empreinte carbone rikiki

(A la demande de Sarenza)
Acheter des matériaux bio tu devras : Qu’il est loin le temps où la garde-robe écolo se limitait à une tunique en chanvre toute chelou et un pantalon de yoga assez informe. Les matières bio ont depuis largement conquis les créateurs (Stella Mc Cartney, Versace… mais aussi Auchan !) qui nous ont gratifiés de jolies créations toutes éco-friendly.


Dites oui à tout ce qui est coton bio, bambou, chanvre, …acheter bio, c’est encourager la culture de champs sans pesticides, le respect des cycles de cultures/jachères et in fine une terre et une eau dans nos nappes phréatiques en bien meilleure santé, armées pour durer longtemps… très longtemps…

Pour du vintage tu craqueras : Le geste ultime de la réduction de son empreinte carbone. C’est aussi simple que ça, quand on achète vintage, le vêtement se voit crédité d’une deuxième vie sans passer par la case émissions carbone : c’est logique, on fait l’économie de tous les matériaux, de l’énergie, des ressources qui auraient servi à fabriquer cette merveilleuse petite robe noire – chinée chez Didier Ludot, s’il vous plaît.

Les sacs de shoppings tu refuseras : Nous vivons dans une société de l’emballage, où le moindre achat se doit d’être emballé avec grand soin et surtout grand sac ! Mais comme vous le savez, chaque sac, comme chaque feuille de soie est un bout d’arbre qui meurt. Sauvons les arbres par une reflexe simplissime : il suffit d’avoir avec soi un sac suffisamment grand pour accueillir ses trouvailles shoppings et nous de remercier poliment notre vendeur : merci mon ami mais j’ai mon cabas « Ceci est un it-bag ».

Customiser tes vêtements tu pourras : Un peu comme lorsqu’on achète du vintage, le fait de customiser ses vêtements, c’est aussi leur offrir une seconde vie sans alourdir son impact environnemental.

Joie créative de la découpe des jambes d’un jean pour en faire un short, on rend grunge un tee-shirt en découpant son col, on ajoute strass, nœuds, épaulettes, et tout ce qui vous passera par la tête pour faire de cette vieille jacket le nec plus ultra de la pointe de la tendance – au bas mot.

Si vous n’êtes pas trop travaux manuels, vous pouvez aussi acheter du tout customisé / recyclé, comme par exemple chez Andrea Crews, où le collectif crée des vêtements complètement waouw et 100% récup.

Shop in the closet tu apprendras : Avec la crise, les fashionnistas se sont naturellement transformées en recessionnistas super malines ! Pour survivre dans la jungle fashion, rester au top tout en achetant moins, il faut ruser et optimiser le placard ! Un peu de mix et beaucoup de match, on recycle cette blouse à lavallière revenue sur le devant de la scène cet automne, avec cette jupe en cuir noire plébiscitée tenue rock absolue 2009 et qui joue les prolongations, et banco on s’est bricolé un look pile dans la tendance sans avoir à fatiguer la planète, car tout était là sagement plié dans le holy placard. La planète applaudit !

2 commentaires:

Strassybelle a dit…

Sympa ces petites conseils, et assez simple à suivre. J'ai toujours un grand sac pliable dans mon sac à main, raz le bol des magasins de vêtements qui donnent d'immenses sacs en papier inutiles !!

La nana BIO a dit…

Encore une victoire sur l'adversité Strassybelle ;-)

Partage avec tes meilleurs amis pour la vie